Nouvelles fixes


Si un sujet particulier vous intéresse... 2 possibilités :
- cliquez sur le mot ou l'expression dans le panneau "Libellés", juste à droite de l'écran
- tapez un mot dans le champ "Rechercher dans ce blog"
Vous retrouverez directement TOUS les articles associés.

28 octobre 2021

[Recherche] : Souffrir de diabète pendant la grossesse augmente le risque de maladie mentale des enfants à naître

De plus en plus d'études démontrent que les troubles psychiatriques ont pour partie des origines biologiques.

Selon une nouvelle étude du JAMA, les femmes qui souffrent de diabète pendant leur grossesse ont plus de risques d’avoir un enfant atteint de troubles psychiatriques.

"Le diabète pendant la grossesse est-il associé à des troubles psychiatriques chez l’enfant à naître pendant les quatre premières décennies de sa vie ?", se sont demandés les chercheurs en préambule.

Schizophrénie, anxiété, déficience intellectuelle

Pour répondre à leur interrogation, les chercheurs ont étudié les trajectoires de vie de 2 413 335 bébés nés au Danemark entre 1978 et 2016. 151 208 (6,4%) d’entre eux se sont vus diagnostiquer un trouble psychiatrique au cours de leurs 40 premières années de vie. Et les enfants nés de mères ayant souffert de diabète pendant leur grossesse étaient plus susceptibles de développer un trouble psychiatrique (schizophrénie, anxiété, déficience intellectuelle, problème de développement ou du comportement) que leurs pairs non exposés.

"Les résultats de l'étude indiquent que l'exposition prénatale des fœtus au diabète maternel est associée à des risques accrus de plusieurs troubles psychiatriques dans les 40 premières années de vie de ces enfants", concluent les auteurs de l’étude.

JAMA Netw Open. 2021;4(10):e2128005. doi:10.1001/jamanetworkopen.2021.28005

27 octobre 2021

[Livre] : "Réinventer notre santé mentale avec la Covid-19"

Ecrit par Marion Leboyer, Lisa Letessier et Anne de Danne, Le livre "Réinventer notre santé mentale avec la Covid-19"  vient de paraître aux éditions Odile Jacob.

 

L’ambition de cet ouvrage est tout d'abord de faire un constat sur les conséquences psychiques, psychologiques et sociales de la crise sanitaire.

 

La Covid-19 a eu un impact pour des millions de personnes. Ses conséquences, notamment psychologiques et psychiatriques, vont s'inscrire dans le temps long.

 

Près d’une personne sur cinq développera des difficultés psychologiques et des troubles mentaux.

 

Ces troubles sont liés aux effets délétères de la crise sanitaire (confinement, isolement, angoisse pour soi et pour ses proches, deuil, crise économique,...).

Mais, comme nous l'apprend l'immunopsychiatrie, ils sont également liés à l’infection du virus elle-même. 

 

Face à ce constat, les auteurs souhaitent cependant délivrer un message clair : il existe des solutions individuelles et collectives.

 

Ainsi, cet ouvrage décrit différentes techniques (TCC, Mindfulness, psychologie positive, ASMR, ... ) qui pourront nous apprendre à construire et améliorer notre résilience face à la crise et à prendre soin de notre santé mentale.

 

Depuis sa création en 2007, et plus particulièrement depuis la pandémie de Covid-19, la Fondation FondaMental alerte sur la nécessité d'appliquer des solutions qui existent et qui ont fait leurs preuves, sur le modèle du plan cancer :

  • Une augmentation des investissements avec une perspective dans la durée
  • Une vision globale qui va de l'information à la recherche en passant par les soins
  • Un opérateur de pilotage unique

Cette crise ne pourrait elle pas être une chance pour notre système de se réinventer ? 




26 octobre 2021

Impact du confinement : une charge supplémentaire pour les aidants


Rapport final de l’enquête "Impact du confinement : une charge supplémentaire pour les aidants", menée par le CIAAF national (animé par l’UNAF) avec l’IRES (Institut de Recherches Economiques et Sociales) : rapport final de l’enquête.

25 octobre 2021

D'où vient la clinophilie, cette envie irrépressible de rester au lit ?

La clinophilie – ou le fait d’avoir envie de rester dans son lit - est un symptôme peu connu de certains troubles psychiatriques. Il peut notamment être révélateur d’une dépression ou d'une schizophrénie.

Qu’est-ce que la clinophilie ?

La clinophilie désigne "le fait d’être attiré et d’aimer son lit. De façon élargie, c’est le fait d’aimer rester chez soi", définit le psychiatre Nicolas Neveux. Ce n’est pas une maladie, mais le symptôme d’un trouble.

La clinophilie n’est donc pas associée à un besoin de sommeil mais à un besoin de se sentir en sécurité. "Le réflexe, quand on ne va pas bien, c’est de se mettre au lit. C’est le lit consolateur", explique le Dr Neveux.

Quels sont les troubles qui se cachent derrière la clinophilie ?

Cette envie de rester allonger des heures durant est souvent annonciatrice d’une pathologie psychologique ou psychiatrique. La plus commune étant la dépression. Pour le Dr Neveux, "c’est un symptôme au même titre que la tristesse, le pessimisme ou la péjoration de l’avenir. La dépression doit être traitée et devient une urgence lorsque la personne commence à avoir des pensées suicidaires", explique-t-il. C’est donc le diagnostic sous-jacent à cette clinophilie qui va être traité, plutôt que le symptôme en lui-même.

Ce symptôme peut aussi être le signe d’une schizophrénie. La personne se sent menacée ou persécutée par l'environnement extérieur et préfère rester dans ce lieu rassurant que constitue le lit. Il peut aussi se percevoir chez les personnes ayant des troubles anxieux comme l’agoraphobie (peur des lieux publics) ou les Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC).

Quels sont les traitements ?

Dans le cas de la dépression, deux psychothérapies ont prouvé leur efficacité : la thérapie interpersonnelle (TIP) et la thérapie cognitive et comportementale (TCC).

La première psychothérapie consiste à mettre en avant l’importance et les bienfaits des interactions sociales. Cela permet à la personne de créer de l'apaisement émotionnel via des liens sécures avec son entourage. La deuxième vise à démontrer que le fait de rester chez soi n’apporte aucun bénéfice à long terme. "L’antidépresseur n’est pas un passage obligatoire dans la dépression", estime pour sa part le Dr Neveux.

En revanche, les médicaments sont souvent indispensables pour traiter la schizophrénie, qui est une maladie plus complexe. "Pour cette maladie, c’est une prise en charge plus globale. En général, le patient dépressif ou anxieux est conscient de son trouble, ce n’est pas toujours le cas pour le schizophrène ", explique le psychiatre.

24 octobre 2021

Lando NORRIS : Parler de santé mentale peut "beaucoup aider les autres"

Lando NORRIS est un pilote de Formule 1 de premier plan. Il espère que sa volonté de s'exprimer sur les difficultés qui ont été les siennes incitera des personnes à parler plus ouvertement de leurs problèmes.

Pour lui, poser les mots sur son ressenti peut mener d'autres personnes à identifier leurs problèmes et à prendre à leur tour la parole. "Je me sens bien mieux maintenant qu'il y a deux ans. Et ça me permet de tout apprécier beaucoup plus."

"On apprécie beaucoup plus la vie. On ne passe pas son temps à s'inquiéter ou à paniquer, etc. On se sent juste mieux. Et je pense que plus les gens en parleront, plus tout le monde trouvera la confiance pour chercher de l'aide. Personnellement, ça m'a beaucoup aidé. Et je sais que ça peut aussi beaucoup aider les autres."

La santé mentale des sportifs est un sujet de plus en mis en lumière. En témoignent les prises de paroles de la joueuse de tennis Naomi Osaka ou de la gymnaste Simone Biles ces derniers mois, et Lando Norris s'inscrit dans cette lignée. 

23 octobre 2021

[Handicap] : Une place devant l'entreprise c'est bien, une place dedans c'est mieux.

DuoDay est une initiative permettant tous les ans à une personne handicapée de passer une journée en contexte professionnel au sein d'une entreprise, d'une association ou d'une autre organisation, d'observer le travail d'un collaborateur et de participer à ses tâches quotidiennes.
La prochaine édition est prévue le 18 novembre 2021, dans le cadre de la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées du 15 au 21 novembre.

C'est dans ce contexte que la société LIDL propose en Alsace, plusieurs postes à découvrir :
 - 3 offres sur le poste d'opérateur logistique (préparation de palette) sur la plateforme logistique (Entzheim),

- 3 offres sur le poste d'assistant administratif sur la direction régionale (Entzheim),

 - plusieurs offres sur le poste d'équipier polyvalent sur les supermarchés de Strasbourg Meinau, de Lingolsheim, de Wissembourg, de Val de Moder, de Mulhouse, (rue de Thann), de Vieux Thann.

Le poste d’Equipier Polyvalent consiste à mettre en rayon les produits, la cuisson et la mise en rayon du pain, le nettoyage du supermarché, enlever les cartons, et enfin encaisser les clients.

Comment participer ?
-  soit je possède déjà un compte, j’y accède en saisissant mon identifiant et mon mot de passe des années précédentes ;

-  soit c’est la première fois : je suis guidé pas à pas pour créer mon compte.



22 octobre 2021

Une agence intérim au service du handicap à Mulhouse et Strasbourg

Deux agences Up interim, dédiées aux personnes en situation de handicap, vont ouvrir leurs portes à Mulhouse et à Strasbourg le mardi 2 novembre. L’objectif de ces agences est de favoriser l’égalité des chances et contribuer à trouver des solutions d’emploi durable pour les personnes en situation de handicap, tout en veillant à leur bien-être au travail. 

Ce projet a vu le jour il y a quelques mois, en février 2021, entre l’ Adapei les Papillons Blancs d’Alsace (APBA), Alemploi et l’ association Marguerite Sinclair , trois structures qui s’inscrivent dans la loi du 5 septembre 2018 qui réforme les EA (entreprises adaptées) en EATT (entreprise adaptée de travail temporaire)
CONTACTER 
Magali Rusterholtz : tél. 06.63.73.23.27 ; mail : recrutement.upinterim@mail.com, le site internet est en cours d’élaboration. 
Les agences UP Interim sont situées 14, quai Kléber à Strasbourg et 12, rue Wilson à Mulhouse.

21 octobre 2021

Ciné'Psy : la suite !

Deuxième film présenté par Ciné'Psy

Mardi 26 Octobre à 19h45, au Cinéma l'Odyssée

Autour du film Joker de Todd Phillips

Sur le thème des Troubles Psychotiques et de la Représentation des Troubles Mentaux au Cinéma

Avec la participation du Professeur Fabrice BERNA, Psychiatre et chef de service au CHRU


Les tarifs sont inchangés : 5€ sur présentation de la carte étudiante (ou du certificat de scolarité), 8€50 si non étudiant. A noter que les cartes UGC Illimité et Ciné Campus fonctionnent. Les places seront en vente dès la semaine précédant la séance.

Attention : au vu de la file d'attente au dernier ciné-débat, si vous achetez votre place le soir même, merci de venir 15 minutes en avance pour ne pas rater le début du film !

Lien vers la Page Facebook "Club Cinepsy", pour trouver toutes les nouvelles informations : https://www.facebook.com/ClubCinepsy

20 octobre 2021

La Psycyclette, patients et soignants dans le même peloton​​​​​​

La Psycyclette est une randonnée à vélo de plus de 1000 kilomètres mêlant des personnes vivant avec des troubles psychiques, des soignants et des cyclotouristes. Le journal "La Croix" a participé en septembre à sa septième édition, du Mont-Saint-Michel à Toulouse.

Extrait :
.../...
Sur la quarantaine de participants, un tiers vit avec des maux invisibles - schizophrénies, troubles bipolaires, dépression, stress post-traumatique… - et est "stabilisé" par des médicaments. Certains sont hospitalisés, d’autres l’ont été. Le noyau dur est constitué de personnes suivies à l’hôpital Marchant, dont les services proposent des sorties à vélo dans le cadre d’ateliers thérapeutiques dits "médiatisés". Ce groupe est complété par des usagers du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel de Saint-Dié (Vosges) et une poignée de "candidats libres".
.../...

Vous pouvez retrouver les 3 articles du dossier parus les 12,13 et 14 octobre 2021 sur le site de l'UNAFAM d'Ille-et-Vilaine.


 

19 octobre 2021