Nouvelles fixes

Si un sujet particulier vous intéresse... cliquez sur le mot ou l'expression dans le panneau "Libellés", juste à droite de l'écran !
Vous retrouverez directement TOUS les articles associés.

13 mai 2021

Les internes en psychiatrie stigmatisés... ?

Au classement des spécialités les plus prisées par les internes, la psychiatrie fait figure de mauvaise élève. En 2020, elle se classait 40e sur 44, juste devant la gériatrie.

Ce désamour croissant pour la spécialité, depuis une dizaine d’années, laisse de plus en plus de postes vacants. « Alors que nous avions autour de 1 à 4 % de postes d’internes non pourvus en psychiatrie, depuis deux ans, nous notons une forte augmentation : 17,5 % en 2019, 11 % l’année dernière », regrette Marine Gilsanz, présidente de l’Association française fédérative des étudiants en psychiatrie (AFFEP).

Pour comprendre ce manque d’attractivité, l’AFFEP, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) et l’Association des jeunes psychiatres et jeunes addictologues (AJPJA) s’associent pour réaliser une enquête nationale transgénérationnelle* : #ChoisirPsychiatrie. Première du genre, cette étude vise à explorer les déterminants de l’attractivité en psychiatrie – en interrogeant à la fois les étudiants en médecine de 1er et 2e cycle, mais aussi les internes en psychiatrie et les psychiatres en exercice.

Parmi les raisons du manque d'attractivité, « les stéréotypes liés au milieu psychiatrique, à la santé mentale et la perception que les étudiants ont de cette spécialité », propose Marine Gilsanz. De fait, la stigmatisation des troubles psychiques tend à déteindre sur la discipline et serait une cause du déclin de recrutement.

Des idées reçues largement véhiculées par le corps médical et étudiant. 56 % des internes (toutes spécialités confondues) pensent qu’un interne en psychiatrie a probablement, lui-même, des antécédents psychiatriques ou qu’il est « bizarre » selon une étude menée par l’AFFEP en 2015, auprès de 1 300 internes en psychiatrie, médecine générale, neurologie, anesthésie-réanimation, pédiatrie et chirurgie orthopédique.

Un tiers d’entre eux estiment que les internes en psychiatrie sont des « tire-au-flanc », 30 % que l’interne a raté ses ECN, et devrait « mal finir » car la psychiatrie est « contagieuse ». Une vision stéréotypée qui touche davantage les internes en orthopédie qu’en neurologie. « Les internes en chirurgie orthopédique sont les plus nombreux à dire qu’ils auraient "préféré arrêter médecine plutôt que d’exercer en tant que psychiatre" (...) », selon l'étude. « Il y a certaines idées reçues disant que l’on travaille peut-être moins, que nous avons moins de mérite académique, ou que le psychiatre n’est plus vraiment un médecin, commente Marine Gilsanz. Nous allons chercher à comprendre comment cela joue sur le choix des internes. »...


Le Quotidien du Médecin du Lundi 10 mai 2021

12 mai 2021

[Webconférence] : Troubles psy et alimentation... de la tête à l'assiette

Les Positive Minders vous proposent une webconférence intitulée :

 "Troubles psy et alimentation... de la tête à l'assiette"

Jeudi 27 mai 2021 à 18h

  • Que se passe-t-il quand la nourriture devient une obsession, qu’elle occupe l’esprit avant, pendant ou après les repas ? 
  • Comment faire quand, par démesure, elle met la vie en danger, soit par excès, soit parce qu’elle est volontairement insuffisante ? 
  • Y a-t-il des solutions si les médicaments brouillent les pistes de la satiété et perturbent le métabolisme ? 
  • Quelle nourriture dans les hôpitaux ? 
  • Et le sport, la crise sanitaire, les opérations bariatriques, … ?

Des patients, des professionnels et des proches issus de toute la francophonie seront là pour répondre sans tabou à tant d’autres questions que vous nous nous aurez adressées.

En partenariat avec diverses associations et divers organismes, tous les derniers jeudis du mois, une quinzaine d’intervenants − à chaque fois différents − ayant une solide expérience de la maladie psychique échangent pour vous donner un éclairage aussi large et varié que possible.


Nos webconférences sont gratuites, très accessibles, positives et à la portée de tous et toutes.

Lien d'inscription (à copier-coller): https://bit.ly/27-mai-18h

11 mai 2021

[Poème] : La poudre d'escampette

la poudre d'escampette


sur le balcon de Marinette
le vin blanc et les cacahuètes
sont comme des poux sur ma tête
elle confesse c'est avec conviction
qu'elle s’empresse
de prendre sa plume
stylo contre l'enclume
les tâches d'encre plein la bouche
faut dire qu'elle en tient une couche
avec extase elle rejette
toute la faute aux marionnettes
un discours sans queue ni tête
on n’y comprend des alouettes
mais où va donc notre Marinette

peut être au cirque ou à la fête!
mais non mais non c’est la prison
pour les gorets pour les cochons
car c'est en cachette
qu'elle rêve d’être aux manettes
de tartampion-guillotinette
fermez les yeux baissez la tête
faut pas emmerder Marinette
car ni une ni deux vous coupe la tête.


Merci à Baptiste, membre de l'association




10 mai 2021

[Dossier] : L’adaptation en question(s)

Revue Santé Mentale N° 257 - Avril 2021

La pandémie persistante liée à la covid-19 a un impact psychique massif sur les populations et les individus. L’incertitude, l’angoisse de la potentialité mortelle du virus et la difficile projection dans le "monde d’après" demandent de maintenir un bouclier défensif épuisant. Certaines personnes subissent un véritable traumatisme, et développent des troubles de l’adaptation, d’autres semblent vivre "normalement"… 
Que nous apprend cette crise sur les capacités d’adaptation du sujet ? Quelles stratégies thérapeutiques proposer ?

09 mai 2021

Philosopsy67 : une nouvelle chaine YouTube

Philosopsy 67 a pour objectif de repenser la santé mentale, la psychiatrie, la psychologie à travers la philosophie et l'histoire dans une logique d'éducation populaire au service du bien-être personnel. Il sera ainsi question de déterminer comment les époques, les différents régimes, ont pensé la question de la santé mentale. Il s'agira de montrer la consubstantialité de la notion de santé mentale dans les époques et les grand récits. Cette chaine n'a d'autre objectif que d'informer ceux qui la visionneront à travers de courtes vidéos de la place de la santé mentale à travers les époques et l'histoire. Il s'agira ainsi de montrer comment l'époque ou le "Zeitgeist" comme diraient les philosophes allemands, influence la perception de la santé mentale auprès de la population.


Vidéos en ligne :
Introduction : but et objet de la chaine - YouTube

Il s'agit dans cette première vidéo de présenter succinctement la chaine Philosopsy 67, son contexte de création, mais également les buts qu'elle entend poursuivre, les thématiques qu'elle abordera, etc...

Santé Mentale en Inde

Santé mentale en Egypte ancienne

Le temps et le bien être

L'Epopée de Gilgamesh

Accepter la vie: Marc Aurele l'empereur philosophe

Santé Mentale à l'ère préhistorique De la trépanation au culte des cranes

Philosopsy 67 - YouTube

08 mai 2021

[Webinaires] : Changer le concept et le nom de la schizophrénie

Le CCOMS (Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé) a organisé le vendredi 12 mars et le mercredi 14 avril 2 webinaires sur le sujet, en partenariat avec l'Association des Jeunes Psychiatres et des Jeunes Addictologues, le CH la Chartreuse, le Collectif Schizophrénies, l’Information Psychiatrique, le Psycom, l'UNAFAM, et avec la participation de membres du Réseau français sur l'entente de voix (REV).

Intervenants du 1er webinaire :

Hervé Guillemain, Professeur d'histoire contemporaine à l'Université du Mans, membre du laboratoire TEMOS (CNRS 9016), auteur de "Schizophrènes au XXe siècle", 2018, éd. Alma

Steeves Demazeux, Maître de conférences en Philosophie à l'Université Bordeaux-Montaigne-EA 4574 SPH

Modération du webinaire : Déborah Sebbane, Directrice du CCOMS

Introduction et conclusion : Jean-Luc Roelandt, Directeur adjoint du CCOMS

Intervenants du 2ème webinaire :

Jean-Arthur Micoulaud Franchi, psychiatre, Clinique du sommeil du service d'explorations fonctionnelles du système nerveux, CHU de Bordeaux (contact : jarthur.micoulaud@gmail.com)

Diane Purper-Ouakil, psychiatre, service Psychiatrie de l’enfant et de l'adolescent, CHU Montpelier (contact : d-purper_ouakil@chu-montpellier.fr)

Fabrice Berna, psychiatre, Centre expert schizophrénie, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (contact : fabrice.berna@chru-strasbourg.fr)

Retrouver la série sur YouTubeChanger le concept de schizophrénie : argumentaires et propositions (https://www.youtube.com/playlist?list=PLPRCi8Sf2aHaVKi-PxXrae_3aC1cd3QhQ)

Un 3ème webinaire est programmé le mercredi 9 juin de 10h à 12h et donnera la parole aux usagers.


07 mai 2021

Covid : le forfait psy pour les enfants en détresse sera mis en place fin mai

Le "forfait psy", qui permettra le remboursement de dix séances chez un psychologue pour les enfants affectés par la crise sanitaire, sera opérationnel fin mai, a indiqué mardi le secrétariat d'État à l'Enfance.

Ce dispositif avait été annoncé par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans un hôpital psychiatrique de Reims, mi-avril, pour apporter une « réponse d'urgence à la souffrance psychique des jeunes dans un contexte de crise sanitaire, où l'état de santé mental et psychologique des Français se dégrade ».

Destiné aux 3 à 17 ans, il s'adresse aux enfants et adolescents « présentant des troubles du comportement et des signes légers à modérés de détresse psychologique, suscitant l'inquiétude de l'entourage (famille, milieu scolaire, médecin généraliste, pédiatre, PMI par exemple) », a précisé mardi le cabinet d'Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de l'Enfance.


Opérationnel à la fin du mois de mai, le forfait psychologique d'urgence sera « déployé sur l'ensemble du territoire et permettra la prise en charge à 100 % de 10 séances d'accompagnement psychologique, sans avance de frais, comprenant un entretien initial bilan et jusqu'à neuf séances de soin ». Le psychologue devra être choisi par la famille sur une liste nationale accessible d'ici à la fin du mois sur un site dédié (pas encore ouvert) PsyEnfantAdo.sante.gouv.fr permettant d'identifier un professionnel exerçant à proximité.


Pour en bénéficier, les enfants devront avoir une ordonnance avant le 31 octobre 2021 et les séances devront être réalisées avant le 31 janvier 2022.

Selon des chiffres du gouvernement, le recours aux urgences psychiatriques a augmenté de 40 % en 2020 et 40 % des parents ont déclaré avoir observé des signes de détresse chez leur enfant depuis le premier confinement.

Covid : le forfait psy pour les enfants en détresse mis en place fin mai, 10 séances remboursées à 100 % | Le Quotidien du médecin (lequotidiendumedecin.fr)


06 mai 2021

Réforme sur l’isolement-contention en psychiatrie

Parution du décret d’application de la réforme sur l’isolement-contention en psychiatrie

Le décret d’application de la réforme sur l’isolement et la contention en psychiatrie, prévue par l’article 84 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2021, entre désormais en vigueur avec sa publication le 2 mai au Journal officiel. Ce décret prévoit les obligations d’information pesant sur l’établissement de santé et procédure devant le juge des libertés et de la détention en matière d’isolement et de contention mis en œuvre dans le cadre de soins psychiatriques sans consentement.


En complément de ces dispositions, le prochain texte à paraître, très attendu par les professionnels, est l’instruction de la DGOS qui doit préciser les modalités de mise en oeuvre du nouveau cadre relatif à ces mesures pour faciliter l’évolution des pratiques.

Décret n° 2021-537 du 30 avril 2021 relatif à la procédure applicable devant le juge des libertés et de la détention en matière d’isolement et de contention mis en œuvre dans le cadre de soins psychiatriques sans consentement –

JORF n°0103 du 2 mai 2021

05 mai 2021

[Magazine] : Les enfants parlent du handicap aux enfants

Le Magazine Astrapi dédie son  numéro entier du mois d’avril au handicap, dans lequel "les enfants parlent aux enfants".

Dans le cadre de la Journée internationale du Vivre-Ensemble qui se tiendra le 16 mai, Astrapi, le magazine des 7-11 ans édité par Bayard Jeunesse, propose un numéro inédit dédié au handicap (en kiosque dès le mercredi 12 mai). Le magazine donne la parole à des enfants en situation de handicap (dont certains sont d’ailleurs des lecteurs du magazine) : Hannah, Nathan, Thomas, tous porteurs d’un handicap physique ou psychique, s’expriment librement sur leur vie quotidienne, leurs joies et toutes ces petites choses qui font que leur différence est parfois difficile à vivre. Ils donnent quelques conseils très simples et très pratiques pour rendre la vie ensemble plus facile. Joyeux, complice, et nourri de scènes de la vie de tous les jours, ce dossier « à hauteur d’enfants » porte un regard juste et utile sur le handicap. 

Un accès en ligne gratuit au dossier spécial pour permettre d’informer et de sensibiliser un très large public sera disponible sur le site astrapi.com dès le mercredi 12 mai. Le dossier sera également mis à disposition gracieusement sous format numérique pour des associations travaillant dans le secteur du handicap.

En savoir plus : https://www.bayard-jeunesse.com/infos/espace-medias/

04 mai 2021

Revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés

Décret n° 2021-527 du 29 avril 2021 relatif à la revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés

JOURNAL OFFICIEL, n°102, 2021-04-30

Sur le rapport de la secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, le premier ministre arrête le nouveau montant mensuel de l'allocation aux adultes handicapés (AAH) pour le porter à 903,60 euros à compter des allocations dues au titre du mois d'avril 2021.


Décret n° 2021-527 du 29 avril 2021 relatif à la revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés - Légifrance (legifrance.gouv.fr)